Ropa Americana

Pendant les Rencontres d’Arles en 2017, Paz Errázuriz reçoit le Prix Madame Figaro de la photo pour sa série Ropa americana, un portrait non binaire et fluide en terme de genre de la jeunesse LGBT+ de Santiago du Chili.

mor charpentier est heureux de présenter en exlusivité ce projet en ligne.

Ropa americana n.1, 2017

Paz Errázuriz

« Toutes les personnes qui ont participé à mon projet ne s’assimilent pas à la différenciation entre les sexes féminin/masculin. Certains passent d’une identité à l’autre, d’autres ont une sensibilité plus androgynes et d’autres appartiennent à la communauté LGBT. »

Paz Errázuriz

Ropa americana n.3, 2017

Paz Errázuriz

Le terme “ropa americana” —“vêtements américains”— est introduit au Chili pendant la crise économique des années 1980, sous la dictature de Pinochet, pour désigner les vêtements de seconde main. Des vêtements étaient envoyés massivement des États-Unis et distribués dans une société appauvrie en raison de la politique néolibérale qui, ironiquement, a également été « importée » des Américains.

Ropa americana n.8, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.7, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.4, 2017

Paz Errázuriz

Paz Errázuriz a choisi ce titre, mais elle avait l’intention de raconter une histoire différente. Le projet a commencé sous la forme d’une commande —ce qui est inhabituel dans sa pratique — du magazine de mode Madame Figaro, mais s’est rapidement transformé en une vision protéiforme et non-formative de la jeunesse de Santiago. Dans un article sur la série, la critique d’art Nelly Richards explique comment le projet « anti-mode » de Paz Errázuriz bouleverse l’habitude de faire poser des femmes comme modèles dans ce type de publication. Au contraire, l’artiste choisi des corps non binaires qui s’indentifient en dehors de la distinction du masculin et du féminin ; certains d’entre eux font la transition entre les genres, tandis que d’autres manifestent une sensibilité androgyne au sein de la communauté LGBT+.

Ropa americana n.13, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.5, 2017

Paz Errázuriz

“Loin des documentaires ou des témoignages qui romancent la marginalité, Paz Errázuriz évalue avec rigueur et finesse l’écart photographique qui sépare le semblable du différent, le conforme de l’incongru, le normal de l’anormal, le régulier de l’irrégulier. »

Nelly Richards, Critique d’art

Ropa americana n.11, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.14, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.6, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana

Ropa americana n.2, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.12, 2017

Paz Errázuriz

Un intérêt renouvelé pour montrer à travers l’appareil photographique des individus et des expériences de vie qui se trouvent en marge du visible, est une constante dans la carrière de l’artiste chilienne. Nous pourrions imaginer que les protagonistes de sa célèbre série “La manzana de Adán” — des femmes transgenres qu’elle a représentées dans les bordels de Sanitago et de Talca au milieu des années 1980 – trouveraient également dans les « vêtements américains » des éléments pour construire leur vision personnelle de la féminité. Cependant, quelques décennies plus tard, il semble que la notion d’identité de genre et les modèles culturels d’apparence, de style et de mode aient été complètement subvertis. Le choix des tenues, la façon de les porter et de les combiner effacent non seulement la dichotomie masculin/féminin, mais aussi les frontières entre l’autochtone et le multiculturel.

Ropa americana n.9, 2017

Paz Errázuriz

Ropa americana n.10, 2017

Paz Errázuriz