Daniel Otero Torres

Daniel Otero Torres est né en 1985 à Bogotá, Colombie
Il vit et travaille à Paris

L’œuvre pluridisciplinaire de Daniel Otero Torres englobe des pratiques aussi diverses que la sculpture, l’installation, la céramique, la peinture, ou encore le dessin qui relie depuis le début ces différentes facettes. Nombre de ses œuvres se distinguent précisément par une technique unique, à la frontière entre le dessin et la sculpture,marquée par un trait photoréaliste virtuose appliqué à des structures monumentales en acier découpé. Ce procédé produit un décalage matériel et contextuel. En général, ses images ne représentent pas une seule personne, mais un collage visuel et historique créé à partir de différentes sources : archives, livres anciens, journaux contemporains ou sources en ligne.

L’artiste s’intéresse aux notions de résistance et de révolution —à travers l’étude de communautés marginalisées ou ignorées ayant joué un rôle essentiel dans l’histoire récente— mais aussi aux images de manifestation,de célébration et de réconciliation en tant que moteurs du changement social. Plus récemment, les préoccupations écologiques ont également trouvé leur place dans son travail en tant qu’élément indissociable de l’activisme contemporain. Otero Torres accorde une attention particulière aux effets néfastes du capitalisme exacerbé sur la biodiversité ou les peuples indigènes, tout en interrogeant le spectateur sur les liens entre nature et politique à l’échelle mondiale.

Ses œuvres ont été exposées dans de nombreuses institutions et manifestations telles que la 60e Biennale de Venise; la 16ème Biennale de Lyon (2022) ; Jameel Arts Centre, Dubai (2022) ; KestnerGesellschaft, Hanovre (2022) ; le Palais de Tokyo, Paris (2021) ; Drawing Lab, Paris (2021); le MACAAL, Marrakech (2020) ; l’Espacio 23 de la collection Jorge Perez, Miami(2019) ; La Tôlerie, Clermont Ferrand (2019) ; la Fondation FLAX, Los Angeles (2019); le Musée Régional d’Art Contemporain MRAC Sérignan (2017) ; l’IAC, Villeurbanne(2016) ; le Kunstverein Sparkasse, Leipzig (2014) ; Heidelberg Kunstverein (2011) ; et la Fondation Bullukian, Lyon (2010).

Daniel Otero Torres a été résident de la Villa Belleville, Paris (2015-2016) ; à Moly-Sabata aux Sablons, France (2014); à la Cité des arts de Paris (2011-2012) ; et à L’attrape-couleurs à Lyon. Il a reçu le prix du programme de création et de recherche Hors les murs de l’Institut français ; le prix Rhône-Alpes de la Jeune Création, Rendez-vous 15, Biennale de Lyon ; et le prix du Conseil Général de l’École Nationale des Beaux Arts de Lyon.

Télécharger CV